La fin d’Ophélie – Tom Nisse

7,00

la dérive d’Ophélie repoussant encore un peu

sa fin s’engouffrant dans le fouillis d’un ravin

Tom Nisse transporte ses lecteur.rice.s dans un chant épique qui termine ici, coulé dans du béton. Un long poème qui commence en Pologne, en prose, avec une ourse, Julia, affranchie de ses barreaux mais encore enchaînée dans ses habitudes de captive, et la promesse d’une forêt.

Mais très vite c’est l’hiver et arrivent les Hommes, et dans un style qui accorde si bien l’Antique et le Maintenant nous plongeons dans l’enfer d’Ophélie, celle de Shakespeare, de Millais, de Rimbaud, qui continue son passage dans les eaux usées d’aujourd’hui, semant la promesse d’une forêt.

Un voyage illustré par les photographies de Sandy Flinto, qui dépeignent, en bleu, ce monde en décrépitude, avec pour épilogue une pénombre accueillante.

Catégorie :

La fin d’Ophélie 

Mis en musique par Lucas Lauwers et déclamé par l’auteur, Tom Nisse.

Lors de la seconde édition du festival Artillerie, novembre 2021.