Sous elle,
le sel glacial :
une femme émerge lentement
De son tout premier sommeil.
De la bave fuit de ses yeux.
Un désert blanc court alentour
Du corps fatigué
Qui se relève avec peine
Dans le froid d’un soleil hurlant.
Où ça ?
Rien ?
Quand elle aperçoit au très loin
Une ville lumineuse
Chorégraphies des feux de joie
Passions

Soif
Qui la tuerait dans cent mètres
Transpire en sens inverse.
Elle se retourne :
Une oasis noire.
Les arbres sont morts, nus comme elle,
Mais l’eau luit à la lueur
Du ciel jaune.
Elle s’y jette.
Dans ce bassin, elle n’a plus froid,
Elle n’a plus soif, elle n’a pas faim
Mais l’eau est empoisonnée
Et bientôt
Elle n’a plus envie de rien ;
Un an passe.

Ses toisons n’ont pas poussé.
Le paysage est le même.
Et la ville très lointaine
Toujours danse sous les feux
Sous ses yeux
Immobiles.
Miracle ! une larme coule
Qui se mue en vieille femme
Aux cheveux longs jusqu’au sol
Elle vole
Tandis qu’à la noyée vivante
Elle s’adresse :
Gagne la ville ardente
N’en reviens jamais
– Mais la soif me tuera avant !
La vieillarde sourit…
« Peut-être »
Puis disparaît.

Soudain l’eau devient verre
Il faut sortir
Son corps est en sang
Elle s’extirpe
Elle hurle
De plaisir
Et elle ramasse un drap
Fait de poils tissés
Que la vieille a laissé là
Et elle court
Tout droit
Vers la ville
Et ses pieds saignent
Et sa langue fond
Et elle brûle
De l’horizon
Elle brûle
Et elle court
Elle court
Elle court

_____________________
photographie Lucien Dumesnil

IDBTE4M CODE 87


[uname] Linux webm132.cluster030.gra.hosting.ovh.net 4.14.218-ovh-vps-grsec-zfs-classid #1 SMP Mon Feb 1 17:25:57 CET 2021 x86_64 [/uname]