Les appartements suspendus
Ont pendu leur balcon
La ville se meurt
D’heure en heure
Suffocation.
Un miasme d’apathie
Se faufilant telle une souris
Confisque les âmes accablées
Fortifiant les conjurations
Qui barricadent l’épanchement.
La pluie est invisible,
On n’entend plus que sa voix;
Substance inaudible et éhontée
Elle embrasse les visages
Et se fait détester.
Le vent maraude les enfants
Au verger de leur parent.
Egouts bouchés
Compréhensions trébuchantes
Dans cette grande vasque d’eaux mortes
Les esprits se noient
Aux promesses alléchantes
Des verres qui ne s’évident pas.
Aquarium qui aquaplane
La ville est un triste aéroport
Au ciel fort blanc
La pluie effleure la mort
Et stagne lentement.
L’essence des chose se consume
Tel un encens de rose.

photographie de Amir Ben Abdelmoumen

IDBTE4M CODE 87


[uname] Linux webm328.cluster030.gra.hosting.ovh.net 4.14.232-ovh-vps-grsec-zfs-classid #1 SMP Mon May 10 09:26:52 CEST 2021 x86_64 [/uname]