Je marche je marche et je brûle en marchant tout ce que mon corps veut me dire.                                                               Chaque sensation comme une effluve marchande de l’époque.                                                                                                       Chaque regard comme une tentative ratée.                                                                                                                                             Le sol est bien ferme sous mes pas, et pourtant. Je sens comme un flottement constant qui s’abat à chaque pas.

Au cœur d’une attention que je porte autour de moi ; je pressens la tyrannie d’un monde qui ne jure que par l’étreinte – au final nulle et moche – de l’inachèvement. Au cours de cette marche j’aimerai juste marcher et m’y plaire comme quand on vous racontait une histoire qui vous plaisait. Il n’y avait rien à faire, tout à découvrir encore ; et la petite ébauche timide, craintive et puissante d’un cœur qui bat. Une sensation qui déjà s’affole de chercher une autre sensation pareille, dans l’inquiétude de celle qui s’affole et laisse, petit à petit, les larmes d’un rejet de révolte, jaillir sèchement d’yeux qui se serrent comme des points.

L’endormissement semble une lubie.                                                                                                                                                      Puis un calme autoritaire s’installe, de marbre.

Le cœur devient des coups, comme un bébé paniquant dans                                                                                                                le ventre de sa mère voulant sortir pour voir ce que c’est d’être sorti.                                                                                              La nuit opère sa vision en négatif du passé et du présent, la fatigue arrive quand il faut se dresser sur les rives de l’action.

La symphonie métropolitaine m’embarque dans ses fleuves connectés, dans lesquels la présence des corps de sensations s’anime comme toujours un bug à corriger, à ré-adapter.

Trop de choses. Trop de vitesses.

 Le départ comme principe. La destination comme changement de ligne.                                                                                       Le changement omni-opérant qui fait du repos une exploration crasse de fonds marins                                                 échange les présences en passages les passages en présences :

  « Passez, vous qui êtes présents, mais ne restez pas »,                                                                                                                         « Présentez-vous, vous qui passez, mais ne restez pas ».

Il faut faire la fête à la présence,

celle qui ne passe plus

qui vous emmène là où vous rêviez d’aller,

dans la métropole comme trouble-fête

et abat-jour extra-lumineux,

où nous les rabats-joies,

peut-être toi et moi,

seront comme des géants-enjoués.

IDBTE4M CODE 87


[uname] Linux webm046.cluster030.gra.hosting.ovh.net 4.14.232-ovh-vps-grsec-zfs-classid #1 SMP Mon May 10 09:26:52 CEST 2021 x86_64 [/uname]